Je suis une femme et j’aime le porno

Publié le 1 mars 2020 par Laura

Avec la prolifération des sites X sur le net, il est beaucoup plus facile à tous de regarder du porno et les femmes ne sont pas en reste. Selon une étude de l’IFOP en 2019, 47% des femmes sont déjà allées sur des sites de vidéos X en libre accès, contre 4% en 2006.


On pourrait donc se demander ce qui a changé en une décennie. Et bien de toute évidence, ce sont les mentalités qui ont changé. Désormais une femme assume beaucoup plus sa sexualité, avoue se masturber et regarde des films X gratuits et affirme davantage ses désirs sexuels.

Une femme qui aime les films X, mais pourquoi ?

Plusieurs raisons peuvent pousser une femme à se laisser tenter par le visionnage de vidéos pornos

1- Un déclencheur d’envie, raviver la libido qui sommeille en elle.
2- Assouvir des fantasmes, 
3- Un moyen de se décomplexer et d’accepter son corps
4- Apprendre de nouvelles positions

Quel genre de porno préfèrent les femmes ?

Les femmes préfèrent le porno amateur plutôt que les films x professionnels  à cause du manque de réalisme dans le plaisir féminin. En effet beaucoup d’actrices porno simulent l’orgasme pendant les scènes et ça se voit beaucoup trop. 

Bien qu’une femme soit hétérosexuelle, elle peut aussi  trouver très agréable et excitant de regarder du porno lesbien.  

Contrairement aux hommes, les femmes ne sont pas centrées sur le coït et sur la pénétration. Elles sont en quête de plus de sensualité et d’érotisme. Elles ne souhaitent plus être des femmes objet. Elles veulent prendre le contrôle.

Attention, les femmes  aussi peuvent devenir accrocs aux films porno selon une étude allemande. Elles seraient 3% sur un échantillon de  485 femmes interrogées à présenter une addiction au porno. 

Je domine mon mari

Ce n’est pas nouveau, plusieurs positions du kamasutra placent la femme au-dessus de l’homme pour que celle-ci mène la danse et affirme son contrôle sur l’homme. Nous pouvons citer les plus connues et celles-ci font évidemment partie des classiques dans nos rapports sexuels : le 69, l’andromaque, le cheval renversé, l’amazone, la balançoire

En ce qui concerne la fellation, c’est une tout autre histoire. Bien que cette pratique ou position évoque la soumission de la femme à genoux devant l’homme, il semblerait que les principales intéressées perçoivent cette pratique comme une bonne façon d’obtenir ce qu’elles veulent au sein de leur couple. Comme le disent si bien les girls de «  Sex and the City » : «  OK, quand on les suce, on est à genoux. Mais, en même temps, on les tient par les couilles ».

En route pour le femdom ? 

Si beaucoup de femmes n’ont jamais entendu parler de ce terme, il semblerait qu’elles y aient pensé très fort et que cette pratique fasse même partie de leurs fantasmes les plus inavoués ou alors qu’elles le pratiquent sans le savoir.


Le mot « femdom » est une contraction du mot anglais « female domination » qui signifie « domination de la femme ». En sexualité, il s’agit d’une pratique sexuelle où la femme prend le dessus sur l’homme et domine son mari par exemple. Cette pratique est assimilée à du BDSM. La femme dans le rôle de dominante ou maitresse et l’homme dans le rôle du soumis ou esclave.

Quelles sont les différentes pratiques de femdom ou domination féminine ?

-    Facesitting, la femme est assise sur le visage de son partenaire. C’est une façon d’obliger celui-ci à lui faire un cunnilingus.

-    Pratique du bdsm, l’homme soumis avec des contraintes (cage à pénis, ou pénis en laisse, menottes)

-    Le Pegging ou chevillage avec gode ceinture 
Il s’agit là d’une pratique plus hard, puisque l’homme est sodomisé par la femme qui porte un gode ceinture. Cela permet d’inverser les rôles et la femme prend ainsi le contrôle. 

En utilisant un gode ceinture double pénétration, elle aura d’autant plus de plaisir et pourra aussi ressentir les frottements sur son clitoris et atteindre l’orgasme.

Beaucoup d’hommes hétéros  apprécient le pegging car cette pratique leur permet de découvrir l’orgasme prostatique. Et si certains n’osent pas le pratiquer ou demander à leur partenaire, ils regardent des vidéos de pegging en cachette.